top of page

Foot à 5 l Chronique d'un joueur

Après un retour rocambolesque à Paris, l’heure est au bilan des JSM pour le foot FSGT.


A l’issue de deux finales conclues par d’insoutenables séances de tirs aux buts, le football à 5 a remporté la médaille d'or des Jeux sportifs mondiaux 2023 de la Confédération sportive internationale travailliste et amateur, organisés à Cervia (Italie), tandis que les joueurs de foot à 11 sont repartis avec la médaille d’argent.


Sur le plan sportif, il s'agit donc d'une franche réussite !

Mais, pour ma part, la réussite de ces JSM ne se limite pas aux enjeux sportifs.


Car je mesure la chance d’avoir été choisi pour cette expérience hors du commun (une trentaine de sélectionnés parmi les 40 000 licenciés de la Fédération pratiquant le football) et j'en tire quelques également enseignements et expériences...

Il a fallu construire une équipe avec des personnes issues d’horizons différents venant de Paris et de Marseille, avec des écarts d’âge significatifs et qui ne s’étaient rencontrées que trois ou quatre fois.


Bien que participant à une compétition amateur, je n’ai vu, à quelques exceptions près (pas de noms ici !), que des athlètes qui s’étaient préparés durant une bonne partie de l’été avec un objectif unique : la victoire.


Contrairement à la pensée attribuée au Baron de Coubertin, l’important n’était pas seulement de participer, mais également de gagner. La nuance se situe dans les moyens mis en œuvre pour y parvenir : certains privilégient le beau jeu ou peaufinent la tactique et l’efficacité là où d’autres jouent à l’instinct.


C’est précisément à cette croisée des chemins que l’expérience a été la plus riche.


Dans un temps très court, le coach Sofiane a mis en musique ces différents profils et caractères afin que chacun puisse jouer sa partition.


Il a aussi appartenu aux joueurs d’apporter leur pierre à l’édifice et de trouver leur place au sein du collectif.


Durant cette semaine de compétition, nous avons joué quatre matchs de 40 minutes.


On en déduit que le temps passé hors compétition est bien plus important que celui sur les terrains et ces moments ont permis de créer du lien, de découvrir des gens différents et de vivre en communauté.

Inexorablement, avec le temps, les souvenirs perdront de leur netteté.


Restera néanmoins l’essentiel : les souvenirs du vivre-ensemble, deux ou trois bonnes galères, des vannes qui fusent et bien sûr la victoire !

A notre échelle et toutes proportions gardées, j’en tire une petite fierté : on ramène l’or avec les copains Romain B, Bastien, Karim, Nico, John, Romain, Mohamed et Victor.

Dans la légende (de la FSGT) !


Matthieu Berdah

Comentarios


bottom of page