top of page

International l « La FSGT est pleinement mobilisée pour les JSM ! »

Dernière mise à jour : 9 août 2023

Si la France et Paris accueilleront les JOP en 2024, c’est l’Italie qui est l’hôte des JSM (Jeux sportifs mondiaux), cet événement de la CSIT permettant à des fédérations du monde entier de se rencontrer, cette année ! Du 5 au 10 septembre prochains, pas moins de 5000 athlètes sont effectivement attendu·es dans la commune de Cervia pour s’affronter à travers une trentaine d’activités différentes. Lors de ces JSM, la FSGT sera représentée par une délégation de 214 personnes issues de toute la France et Véronique Fatier, coordinatrice de la dimension internationale du Pacs de la Fédération, nous en dit un peu plus à ce sujet…
En 2017, la FSGT était présente aux JSM de Riga... © FSGT

Les prochains Jeux sportifs mondiaux (JSM) de la CSIT (Confédération sportive internationale amateur et travailliste) se dérouleront du 5 au 10 septembre prochains à Cervia (Italie). Comment s’organise la participation de la FSGT ?

Véronique Fatier : Il faut déjà noter que ce sont les premiers Jeux sportifs mondiaux post-Covid 19… Il y a donc beaucoup d’envie de la part des hôtes de cette édition, l’Associazione italiana cultura e sport, et la Fédération est également pleinement mobilisée pour faire de ce moment une réussite ! La délégation FSGT sera composée de 214 personnes, sportif·ves et encadrant·es, qui viennent de toute la France. Nous tenions aussi à avoir une parité femmes/hommes chez les athlètes et le pari est gagné, même s’il y a encore des progrès à faire au niveau de l’encadrement. Soulignons enfin que la délégation est à la fois composée de personnes mineures et de senior·es, de quoi avoir une belle semaine intergénérationnelle, et que toutes et tous nos représentant·es sont des « régulier·ères » à la Fédération. Certain·es étaient d’ailleurs déjà présent·es lors des premiers JSM, en 2008.


La FSGT a mis en place une équipe spécifique pour coordonner sa participation aux JSM. Combien de personnes en font partie ?

Véronique Fatier : Outre moi-même, l’équipe est composée de trois chargé·es de développement du Pacs (Pôle des activités et culture sportive), de deux membres du Domaine communication, d’un alternant dédié au projet ainsi que la Directrice technique nationale de la Fédération qui est détachée par le ministère des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques. Toutes ces personnes travaillent en appui sur des bénévoles, qui seront les responsables des différentes délégations d’activités sur place, et Thierry de Lonchamp et Stéphanie Frappart, qui coordonnent la dimension internationale du Pacs à mes côtés, jouent également un rôle essentiel dans l’organisation des Jeux sportifs mondiaux. L’ensemble de cette équipe a évidemment une pensée pour Gilbert Elles qui nous a quittés le 22 mars dernier. Membre de la CFA (Commission fédérale d’activité) tennis de table, Gilbert a aussi été responsable de la Commission technique CSIT de cette discipline pendant plus de vingt ans… Un hommage lui est rendu à la p.9 de ce numéro de Sport et plein air et un autre sera organisé à Cervia.


Vous avez parlé de responsables de délégations d’activités. Quels sont leurs rôles ?

Véronique Fatier : Ils et elles sont garant·es du respect de la représentation de la FSGT à l’international et ont donc un devoir d’exemplarité ! Faisant le lien entre la délégation et la CSIT lors des JSM, les responsables participent aux réunions d’ouverture, de clôture et à celles des Commissions de leurs activités. Enfin, ils et elles sont chargé·es de faire le lien avec la délégation, les entraîneur·es, les juges et les arbitres. Dans la Fédération, devenir un·e responsable de délégation est souvent considéré comme un point d’étape important dans l’engagement bénévole…


Comment avez-vous sélectionné les sportif·ves qui représenteront la FSGT aux JSM ?

Véronique Fatier : Pour les participant·es, les Jeux sportifs mondiaux sont déjà l’occasion de valoriser leur engagement au sein de la Fédération et de leurs clubs... Un des critères requis est donc celui d’être licencié·e à la FSGT depuis un certain nombre d’années ! S’il y a évidemment eu une adaptation pour cette édition 2023, afin de tenir compte de l’impact de la crise sanitaire lors des saisons 2019/2020 et 2020/2021, un·e athlète souhaitant prendre part aux Jeux doit avoir pris trois licences à la Fédération sur les quatre dernières saisons. Il faut avoir été licencié·e à quatre reprises pendant les cinq années précédentes pour les encadrant·es, les juges et les arbitres et cinq pour les responsables de délégations d’activités. Ensuite, il y a les critères spécifiques aux disciplines. Elles prennent en compte leur nature et la forme d’engagement à valoriser sur les plans sportif et associatif. L’athlétisme s’appuie par exemple sur les résultats des Fédéraux des dernières saisons pour ses sélections. Du côté du football à 11, ce sont des rassemblements, organisés par la CFA sur la base de listes envoyées par les Comités départementaux, qui permettent de sélectionner les joueurs et ainsi de constituer une équipe commune.


Pourquoi les JSM sont importants pour le mouvement sportif travailliste international ?

Véronique Fatier : Lors des Jeux sportifs mondiaux, l’objectif de la CSIT est de regrouper des fédérations travaillistes du monde entier au même endroit et au même moment et avec une valeur commune : le sport pour toutes et tous ! Les cérémonies d’ouverture et de clôture sont de vrais festivals. Il y a une dimension culturelle très forte, notamment avec des groupes folkloriques. Les délégations aiment ces moments forts car nous défilons en ville et vivons de grands temps communs au stade… De plus, il y a toujours la possibilité de découvrir de nouvelles activités. Pour cette édition 2023, un travail important sera justement fait sur les pratiques familiales et à destination des enfants. Des initiations seront proposées et il y aura également du tennis de plage, de la lutte de plage et du foot de plage…


Qu’apportent les JSM aux sportif·ves FSGT ?

Véronique Fatier : Les événements de la CSIT permettent aux licencié·es de la Fédération de se confronter à des athlètes internationaux·ales et de réaliser leurs meilleures performances. Certain·es sportif·ves FSGT ayant obtenu de bons résultats pendant des Jeux ou des championnats de la Confédération ont ensuite pris part aux Jeux olympiques… Mais, surtout, les valeurs de la CSIT sont celles d’un sport vecteur de paix, de solidarité et de fraternité et cette semaine est également une semaine d’échanges culturels et conviviaux. En outre, un collectif s’est mis en place pour travailler la cohésion au sein de la délégation de la Fédération. Les athlètes qui n’ont pas d’épreuve à un moment donné de la journée iront ainsi encourager les pratiquant·es d’autres activités. Les JSM, c’est l’occasion de vivre la FSGT d’une manière différente et les licencié·es y découvrent souvent son ampleur. Enfin, puisque la communication sera un axe fort de ces Jeux, les sportif·ves de la Fédération ont été sollicité·es pour participer activement à l’animation des réseaux sociaux.


Les JSM et la CSIT contribuent-ils à former des militant·es FSGT ?

Véronique Fatier : L’international est un amplificateur d’engagement ! Il n’est pas rare que des sportives et sportifs prenant part aux Jeux s’impliquent ensuite davantage au niveau local. Grâce à cet événement, ils et elles ont la possibilité de vivre une expérience très formatrice et certain·es finissent même par devenir des encadrant·es lors d’autres éditions. Un des entraîneurs de la délégation qui se rendra à Cervia était par exemple un « simple » athlète pendant les JSM de Riga en 2017. Notons également que la Confédération contribue à la culture sportive de la Fédération. L’expérience walking-foot, ce football qui se pratique en marchant et sans contact physique, portée par la FSGT est notamment issue d’un séminaire des formateurs et formatrices senior·es CSIT organisé en France en septembre 2016 et d’échanges entre les fédérations membres.


Propos recueillis par Emmanuelle Bonnet Oulaldj


 

Qu’est-ce que la CSIT ?

Fondée en 1913, la Confédération sportive internationale amateur et travailliste (CSIT) est une organisation multisports issue du mouvement ouvrier qui réunit plus de 50 fédérations, dont la FSGT, et 35 partenaires. Pendant de nombreuses années, la Confédération organisait des championnats par activité qui étaient accueillis par les unions membres. Mais les JSM (Jeux sportifs mondiaux) ont pris le relais à partir de 2008… Ces événements rassemblent désormais des amateurs et amatrices d’une trentaine de disciplines en un même lieu et à la même date tous les deux ans (si la Fédération ne participe aux JSM que tous les quatre ans, elle permet à ses Comités départementaux et régionaux de participer aux éditions intermédiaires) ! Impliquée dans le développement du sport amateur et du sport pour toutes et tous, la CSIT coordonne également des projets européens de jeunesse. La FSGT a longtemps joué un rôle central dans la vie de l’organisation, notamment en étant membre du Comité exécutif à trois reprises et en présidant plusieurs Commissions techniques. Le prochain Congrès de la Confédération se tiendra à Barcelone, du 6 au 12 novembre 2023. EBO


Comentários


Os comentários foram desativados.
bottom of page