top of page

Joël Peyric I Hommage à un pilier marseillais… 

Joël Peyric est décédé le 5 février dernier. Ancien dirigeant national de la FSGT, il était reconnu pour son investissement dans le comité des Bouches-du-Rhône et de la ligue Sud-Paca. 

Joël Peyric fait partie des sportif·ves mis·es à l’honneur dans l’exposition Figures militantes du sport populaire, qui se tient actuellement à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). 

« Et le numéro des Assises ; vous en êtes contents ? Moi pas ! » Nous sommes en 2001. Dans Sport et plein air (SPA), Joël Peyric ne mâche pas ses mots, avec sa truculence habituelle, à propos de la revue de la FSGT. Pivot du comité des Bouches-du-Rhône, ce grand militant du sport populaire vient malheureusement de nous quitter à 77 ans, laissant un grand vide derrière lui…  

Dans un hommage posthume publié sur son site Internet début février, la FSGT rappelait le début de la belle aventure associative de ce Marseillais né juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale :

« En 1960, Joël adhère au Sporting club ouvrier de Saint-Mauront. En 1963, il commence à assumer des responsabilités à l’Étoile sportive des Ateliers Terrin. Après la fermeture de l’entreprise en 1977, Joël prend place à la direction de la Société culturelle omnisport Sainte-Marguerite, qui créa et demeure l’organisatrice de la célèbre course Marseille-Cassis. » 

En toute logique, l’homme occupera rapidement des responsabilités dans les structures départementales et régionales de la fédération. « Dès 1971, Joël commence à s’investir dans le comité 13 », précisait la FSGT. Devenu permanent et président de ce dernier quelques années plus tard, il fera également partie de celles et ceux qui ont fondé la ligue Sud-Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Sud-Paca) en 1999. 

 

Une pluie d’hommages 

 

Ancien membre de la direction nationale de la fédération, celui qui fut aussi engagé politiquement et syndicalement était une vraie personnalité de la vie sportive locale. « Joël Peyric, venu du mouvement sportif travailliste, fut donc un dirigeant important et reconnu », souligne le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (le « Maitron ») dans la notice qui lui est consacrée.

« Il fit partie de ces militants qui (...) permirent à la FSGT de prendre toute sa place dans les instances sportives de la ville de Marseille. » 

Sa disparition a évidemment suscité une pluie d’hommages dans la cité phocéenne… « Quand on pense à Joël, un mot revient, c’est “pilier“ », témoignaient ainsi Jean-Yves Fauchon et Jean-Louis Mense, actuels co-présidents du comité des Bouches-du-Rhône, dans les colonnes de La Marseillaise (06/02/24).

« Il a été, pendant des années, un précurseur, un fondateur, qui a su moderniser la FSGT. C’était un personnage très attachant avec un fort caractère, pas toujours facile, mais nécessaire pour nous faire avancer. »

Joël Peyric était un « grand homme à l’ancienne, un président qui donnait tout pour la fédé et qui avait cette culture profonde du bénévolat », confiait Roger Gatti, qui l’a côtoyé durant plusieurs années à la FSGT 13. Nul doute que les militant·es du comité des Bouches-du-Rhône et de la ligue Sud-Paca continueront à développer ce sport populaire qui lui était si cher ! 


 

Robert Peltier nous a également quittés…  

 

Le 16 février dernier, la direction fédérale collégiale apprenait avec tristesse le décès de Robert Peltier, survenu à l'âge de 91 ans. Ayant activement participé au développement du sport d’entreprise et du sport populaire à Saint-Fons (Rhône), cette figure politique et syndicale présida un club omnisport FSGT (le Corps) de 1986 à 1994. Membre de la direction du comité 69, il fut notamment à l’initiative de nombreux échanges internationaux avec des sportifs d’Algérie, d’Italie, de Suisse et de Palestine. Enfin, Robert Peltier occupa également des fonctions au sein de la commission fédérale des activités athlétiques… L’équipe de Sport et plein air adresse toutes ses condoléances à sa famille et à ses proches. 

  

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page