top of page

Sud Paca l Le sport sur ordonnance trouve sa place !

Dernière mise à jour : 3 avr.

Depuis quelques années, la Ligue FSGT Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur forme des animateurs et animatrices de clubs de la région pour qu’ils/elles puissent encadrer des séances de sport sur ordonnance. Sport et plein air a souhaité comprendre pourquoi et voir les résultats…

© Léna Bernard - Asser

C’est presque terminé ! Mi-avril, les huit personnes qui étaient inscrites à la dernière formation FSGT « sport santé ça va la forme » de la Ligue Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur ont rendu leurs livrets de stage à leurs évaluateur·rices et sauront bientôt si elles peuvent animer des séances de sport sur ordonnance…


Promulgué en 2017, le dispositif sport sur ordonnance permet à des personnes atteintes d’ALD (affections de longue durée) de se faire prescrire une activité physique et sportive adaptée par un médecin. Si ce sport dit « santé » améliore la condition physique et mentale des malades, ralentit ou limite les effets de pathologies ou encore diminue les traitements médicamenteux, les encadrant·es doivent néanmoins disposer de compétences particulières.


C’est la raison pour laquelle l’EFT (Espace fédéral thématique) Éducation à la santé pour tous de la FSGT propose la formation sport santé ça va la forme (ou 2SCVLF) depuis maintenant quelques années. Payante (mais à prix réduit pour les licencié·es de la Fédération), elle s’adresse aux hommes et aux femmes majeur·es étant titulaires de la formation prévention et secours civiques de niveau 1 et disposant d’un Brevet fédéral FSGT de niveau 2, d’un Certificat de qualification professionnelle « animateur loisir sportif » ou d’autres diplômes comme le Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport.


« Une session s’étale sur seize semaines et 70 heures », précise Hervé Pournot, le coordonnateur de l’EFT.

« Il y a des temps en présentiel, d’autres en distanciel, via la plateforme numérique Claroline connect, des visioconférences et enfin un stage d’animation. À ce jour, une quinzaine de formations ont été réalisées. »

Chaque session sport santé ça va la forme est conjointement organisée par l’Espace et la Ligue régionale dans laquelle elle se déroule et la Ligue Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur n’est pas la moins motivée… « Depuis 2018, nous avons mis en place cinq formations », confirme Cathy Stella, sa responsable administrative et pédagogique.

« Très instructives, ces sessions ont complété les compétences initiales de près de 70 animateurs bénévoles ou professionnels de la région, certains ont d’ailleurs trouvé des emplois grâce à cela, et elles ont surtout ouvert des portes à des personnes malades qui ont besoin de bénéficier des bienfaits des activités physiques et sportives. »

Des évolutions fortes

Mais qu’est-ce que les formations 2SCVLF ont réellement apporté sur le terrain ? Première réponse dans les Bouches-du-Rhône avec le club ABC sports situé dans la commune de Grans. « La structure est née en juin 2021 », indiquent Valérie et Vincent Saubin, deux de ses responsables.

« À cette époque, nous gérions un club de badminton et on avait remarqué que l’activité n’était pas adaptée pour des membres atteints de certaines pathologies. De là est venue l’idée de leur proposer un créneau spécifique puis, finalement, de monter une association dédiée au sport-santé et au sport sur ordonnance. »

Chaque semaine, des jeux et des ateliers gymniques sont organisés par une animatice 100 % bénévole ayant passé la formation sport santé ça va la forme. Et quid de l’impact des cours sur la santé des 35 adhérent·es du club ? « On fait des tests de condition physique en début et en fin de saison et ils montrent un maintien des aptitudes ou même une évolution », répond Valérie.

« Certains ont par exemple moins besoin d’aller voir leur kiné tandis que d'autres peuvent de nouveau faire telle ou telle activité. Et tous sont ravis de refaire partie d’un groupe. »

À Sorgues, dans le Vaucluse, l’Asser (Association sorguaise sportive, éducative et récréative) existe depuis 1973. Bien connu à la FSGT, ce club omnisport compte plus de 1 700 adhérent·es et dispose d’un pôle sport-santé qui met également en place du sport sur ordonnance depuis quelques années.


« Tout est parti d’une initiative menée par des agents de la ville et le médecin-référent de l’Asser », raconte Cynthia Meghar, la coordinatrice du pôle.

« Ensemble, ils sont allés rencontrer des médecins de Sorgues afin de leur expliquer ce que le sport sur ordonnance pouvait apporter à leurs patients. »

Prendre le temps de parler aux médecins a permis de créer un véritable lien et d’exploser la fréquentation du pôle santé ! Sur ses 170 membres, pas moins de 150 se sont en effet inscrit·es après une prescription médicale relative à leur ALD cette saison… Un chiffre vraiment impressionnant pour une commune de moins de 20 000 habitant·es.


Au niveau des séances, les « pratiquants alternent entre de la marche nordique, de la gymnastique, du vélo à assistance électrique et de la piscine, mais aussi de la pétanque, du badminton ou encore du tir à l’arc », liste Cynthia.

« Certains groupes avec des limitations sévères sont très réduits et on peut compter jusqu’à 20 personnes dans d’autres. »

Pour animer les cours, l’association (par ailleurs labellisée « Maison sport-santé » *) peut compter sur une équipe d’une dizaine de salarié·es et de bénévoles (plusieurs d’entre eux/elles ont été diplômé·es à l’issue de formations 2SCVLF) et les progrès des adhérent·es sont impressionnants selon Cynthia Meghar :

« Outre des liens sociaux très importants, ils retrouvent de la force, de la coordination, de la rapidité d’exécution et de la confiance en soi. À terme, ceux qui ont développé ou retrouvé assez de capacités peuvent se lancer dans d’autres activités physiques et sportives du club. Ce qui est clairement l’objectif final du pôle. »

Poursuivre le développement

Si le sport sur ordonnance FSGT commence à se faire une véritable place en Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur, il y a encore du travail. Selon Cathy Stella de la Ligue, le développement sera forcément corrélé à la multiplication du nombre d’animateurs et d’animatrices via l’organisation de formations sport santé ça va la forme avec l’EFT Éducation à la santé pour tous. « C’est pour cela qu’une nouvelle promotion est déjà au programme pour janvier 2024 ! » s’exclame-t-elle.


Les Comités départementaux de la région ont également un rôle à jouer dans le maintien de cette dynamique. « C’est la Ligue qui est en charge des formations 2SCVLF, mais nous pouvons quand même faire beaucoup dans l’accompagnement des clubs », soutient Aurélien Saujat, chef de projet sport-santé du Comité des Bouches-du-Rhône.

« En valorisant leurs actions, en les aidant à tisser des liens avec des médecins et des institutions et en créant un réseau… »

De plus en plus populaire en Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le walking foot, ce football qui se pratique en marchant, pourrait intéresser de nombreuses personnes avec des affections de longue durée. « En réalité, nous en comptons déjà dans nos effectifs », confie Antoine Petitet de l’Espace fédéral thématique de la discipline.

« Mais ce sont souvent d’anciens footeux venus de leur propre chef. Une des prochaines missions de l’EFT sera donc d’encourager les entraîneurs de walking à réaliser des formations sport santé ça va la forme afin d’accueillir ce public en toute sécurité. »

* Selon le ministère des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, les Maisons sport-santé « permettent, sur critères, d’être pris en charge et (...) de suivre un programme personnalisé susceptible de vous inscrire dans une pratique d’activité physique et sportive durable ».


Et pour s'inscrire à la prochaine formation sport sur ordonnance, c'est ici !

 

2SCVLF : Trois stages cette année

Les formations 2SCVLF (pour « sport santé ça va la forme ») sont des formations de la FSGT à destination des animateur·rices souhaitant proposer du sport sur ordonnance. Cette année, trois sont en cours. Regroupant huit stagiaires, la première a commencé dans la région Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur le 18 novembre dernier et se terminera dans quelques semaines. Une nouvelle promotion, réunissant onze personnes, a été lancée en Île-de-France en janvier et une autre, recensant sept inscrit·es, a débuté le 3 février du côté du Grand Est. Si la formation 2SCVLF rencontre tant de succès, c’est notamment parce que la qualité de ses contenus est unanimement reconnue… « Les séquences sont particulièrement riches », estime par exemple Cynthia Meghar, coordinatrice du pôle sport santé de l’Asser (Vaucluse). Responsables du club ABC sports dans les Bouches-du-Rhône, Valérie et Vincent Saubin assurent, eux, que les « stages sont vraiment complets ».



Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page