top of page

Petite enfance | Nouvelle rencontre Agir et comprendre

Dernière mise à jour : 27 mars

Initiée par le Collectif fédéral enfant et fortement soutenu par le comité du Val-de-Marne, la rencontre Agir et comprendre a été créée pour analyser et partager les pratiques enfants et familiales à la FSGT. Focus la cinquième édition de cet événement si particulier...

Première rencontre Agir et comprendre en 2018 dans le Val-de-Marne. © Mylène Douet-Guérin

Il y avait foule dans le petit bassin de la piscine Robespierre d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) le samedi 21 mai ! Cette forte fréquentation n’était pas due aux grosses chaleurs printanières, mais à la mise en place d’une séance de bébés-nageurs par les organisateurs et organisatrices de la cinquième rencontre « Agir et comprendre ».


Organisée par le Collectif fédéral enfant (CFE) de la Fédération, cette manifestation annuelle est à destination des animateurs et animatrices de pratiques enfants âgé·es de 0 à 6 ans avec leurs familles qui réunissent plusieurs centaines de licencié·es dans une dizaine de comités. Avant de détailler son histoire, d’expliquer ses objectifs et de faire le compte-rendu de sa dernière édition, il convient d’abord de revenir sur le sport de l’enfant de la Fédération.


Car la FSGT a une conception du sport de l’enfant assez innovante par rapport à d’autres... « En effet, la Fédération est sur une logique de proposer à l’enfant une activité physique qui respecte son rythme et sa vitalité découvreuse dès le plus jeune âge », assure Valéry Arramon, chargée de développement des pratiques enfance, petite enfance et familles à la FSGT et membre du Collectif.

« Pourquoi ? Parce que l’on sait désormais que les enfants, et même les bébés, sont acteurs de leur développement. Les adultes qui les accompagnent sont là pour favoriser l’émergence de leurs compétences physiques, cognitives et émotionnelles ! »

Concernant les activités, il faut qu’elles aient du sens pour l’enfant, mais que leurs fondements ne soient pas altérés. « Par exemple, on ne va pas proposer de la gymnastique artistique à des 0-2 ans, mais un environnement qui permette d’éprouver une motricité qui se réfère au répertoire moteur gymnique », indique le Collectif fédéral enfant.

« Nous sommes aussi dans la logique de la multi-activités, pour que l’enfant découvre le plus grand nombre de pratiques sportives possible, et qu’il ne soit pas cantonné à une seule discipline. Le but étant qu’il puisse choisir ensuite l’activité qui lui plaît le plus. Pas celle que ses parents estiment être la meilleure pour lui... »

Enfin, soulignons le fait que le sport de l’enfant FSGT s’adresse à tous les enfants, les clubs pouvant accueillir des bébés d’à peine quelques semaines ou des bambin·es de 5 ou 6 ans, et que la présence des parents lors des séances est fortement encouragée. Que ce soit pour accompagner, et non diriger, l’enfant dans l’activité ou pour donner un coup de main aux animateurs et animatrices.


Agir et comprendre ?

L’idée de la rencontre Agir et comprendre est née dans dans le Val-de-Marne. « À partir de 2013, nous nous sommes interrogés sur notre conception du sport de l’enfant, et nous avons encouragé la création de créneaux à destination des 0-6 ans », précise Mounia Mahfoufi, permanente au sein de la FSGT 94 et membre du CFE.

« Des créneaux dans des associations déjà existantes ou des clubs spécialement créés pour accueillir ce public lors d’ateliers de motricité, mais également vers d’autres milieux comme la nature ou la piscine pour les sortir des gymnases et se rapprocher de la logique multisports. »

En parallèle, le comité a commencé à travailler en étroite collaboration avec le conseil départemental du Val-de-Marne sur le thème de la petite enfance. « Le service de la Protection maternelle et infantile [PMI] nous a sollicités pour organiser des ateliers de motricité dans certaines antennes du département, c’était quelque chose de complètement nouveau pour eux », explique- t-on du côté de la FSGT 94.

« Chaque session se passe par tranches de six séances. On propose ensuite aux familles, qui n’auraient pas forcément eu le réflexe de se diriger dans une association pour faire ce genre d’activités, de poursuivre l’expérience dans un de nos clubs. »

« Les résultats sont assez incroyables », témoigne d’ailleurs une éducatrice de la PMI, « les petits s’épanouissent et les parents sont étonnés de voir les capacités et le potentiel de leurs enfants. »


Pour réfléchir à toutes ses actions en direction de la petite enfance, le comité du Val-de-Marne a décidé de mettre en place des colloques qui ont rencontré de beaux succès. Séduit par cette initiative, le Collectif fédéral enfant de la FSGT a rapidement souhaité lui donner une dimension nationale et, avec le soutien du comité 94, a lancé la première rencontre Agir et comprendre en 2018 !


« Agir et comprendre, c’est une prise de recul, une analyse de pratiques présentées pendant deux journées », soutient Mounia Mahfoufi.

« Cela permet à chacun d’avoir de nouvelles connaissances et de s’armer au mieux pour développer la petite enfance FSGT. »

« L’idée, c’est de partir de diverses expériences menées dans nos structures et de les relier à la théorie », enchaîne Valéry Arramon.

« On s’appuie sur ce qui existe déjà pour créer les contenus. Enfin, n’oublions pas que nos activités physiques et sportives sont non-compétitives, et qu’elles ne disposent pas d’épreuves fédérales. Un événement national comme celui-ci est donc aussi un moyen de se retrouver tous ensemble, et de vivre des moments conviviaux. »

Les membres du Collectif fédéral sont bien évidemment au rendez-vous à chaque rencontre, mais on note également la présence d’animateurs et animatrices bénévoles de clubs, des parents d’enfants ou des professionnel·les de l’enfance travaillant dans la Protection maternelle et infantile ou encore les Maisons d'assistants maternels.


Et un joli cru 2022...

Après la première rencontre Agir et comprendre de 2018, d’autres éditions ont eu lieu en 2019, 2020, 2021 (même si celle-ci s’est déroulée dans des conditions particulières en raison de l’épidémie de Covid-19), et celle de 2022 s’est donc passée les 20 et 21 mai derniers à Ivry-sur-Seine.


Conjointement organisée par le Collectif fédéral enfant, le comité du Val-de-Marne, l’Union sportive d’Ivry, cette rencontre, gratuite pour les licencié·es de la FSGT, était intitulée « Libérez l'enfant par le mouvement et ouvrir la porte au dehors » et quatre enjeux ont été explorés durant ces deux jours : l'enjeu d'une société humaniste, l'enjeu de santé publique, l'enjeu pour se réapproprier nos espaces de vie et l'enjeu pour la planète.

Le vendredi, un atelier pratique sur l'aménagement d'espaces d'aventure motrice suivie d’une formation ont été proposés dans les locaux de l’US Ivry. Quant au samedi, les 30 personnes inscrites s’étaient donc données rendez-vous à la piscine municipale Robespierre d’Ivry pour des travaux sur la découverte d'un milieu par l'enfant à travers l’observation d’une séance de bébés- nageurs (0-6 ans) spécialement organisée pour l’occasion.


Parmi les participant·es, qui ont eu une pensée pour le regretté Patrick Lemoine (infatigable militant du sport de l’enfant FSGT récemment décédé et à qui Sport et plein air rendait hommage en octobre 2021), on trouvait Madina, jeune auxiliaire à la PMI du Val- de-Marne qui va lancer des ateliers de motricité dans son antenne en septembre prochain souhaitant « tout simplement en savoir plus à ce sujet grâce cet événement ». Plus expérimentées, d’autres professionnelles de l’enfance comme Malika, Sylvie ou Michèle étaient, elles, venues pour « partager (leurs) acquis et approfondir (leurs) connaissances ».


Des bénévoles de clubs étaient aussi sur place. « Je voulais vraiment découvrir les bébés-nageurs, une activité que je ne connaissais pas du tout », glissait l’animatrice d’une association de la FSGT 94.

« Cela m’a permis de voir qu’il y avait certaines similitudes avec ce que l’on propose dans les ateliers de motricité, mais également des choses différentes dont je pourrais m’inspirer. »

Bref, à l’instar de celles des autres années, cette rencontre Agir et comprendre a encore connu un franc succès ! « Ces deux journées ont été très intéressantes et les échanges et travaux particulièrement constructifs », confirme Mounia Mahfoufi.

« Prochain objectif : arriver à décentraliser cette manifestation qui n’a pour l’instant eu lieu que dans le Val-de-Marne, et dont le public provient essentiellement d’Île-de-France... »

Une mission que réussira, sans nul doute, le Collectif fédéral enfant FSGT !


 
Bientôt de nouvelles options pour le Brevet fédéral ?

En 2018, le Collectif fédéral enfant (CFE) FSGT a lancé un Brevet fédéral d’animation (BFA) multi-activités enfants. « On a imaginé ce Brevet pour répondre aux besoins de développement de nos pratiques », explique Valéry Arramon, membre du Collectif. « Avoir un BFA n’est pas une fin en soi ou une obligation pour les animateurs dans les clubs, mais cela permet de structurer des contenus qui forment la base nécessaire pour une activité efficiente de l’enfant, une activité qui a du sens, et c’est aussi une reconnaissance pour leur investissement… » Élaboré en étroite collaboration avec le comité du Val-de-Marne, ce Brevet fédéral d’animation possède trois niveaux différents : « aide-animateur », « animateur » et « animateur confirmé ». Pour l’instant, le Brevet, qui a déjà été passé par plusieurs dizaines d’adhérent·es de clubs FSGT, ne dispose « que » d’une option « petite enfance/famille ». Mais le CFE espère bientôt pouvoir créer d’autres modules… « Effectivement, nous avons l’objectif de rencontrer le plus de CFA possible », confie Valéry Arramon. « Le but sera de mettre en place, ensemble, des options liées à leurs disciplines, et les ajouter à nos Brevets fédéraux respectifs… »

 

Kommentare


Die Kommentarfunktion wurde abgeschaltet.
bottom of page